Rendre visible et développer les savoirs d’expériences

Dans des bureaux, dans l’atelier, sur la route, dans les champs ou dans les vignes, mon savoir faire est de valoriser et de développer le votre.
Drôle de métier que celui-ci – il n’existe que pour être au service des autres – une vraie fonction support.
Surtout stratégique, lorsque celle-ci cherche à s’accorder avec le réel et le possible, dans un monde en mouvement.
Car l’invisible, c’est potentiellement l’oubli, la disparition, la perte de capital d’expérience; c’est la résistance, la nostalgie et les erreurs de chemins.
Rendre visible l’invisible, explicite l’implicite, c’est s’attacher à être attentif aux détails, ceux qui ne sautent aux yeux que lorsqu’ils manquent à l’appel.
Evidemment pour sauvegarder le savoirs des anciens mais aussi ceux des projets des équipes, des expérimentations : tout ce qui se perd en cours d’action et qu’il faudra réinventer faute d’avoir capitalisé.
Pour transformer le flux d’expériences en capital d’expérience, il faut de la méthode et de l’attention. Pour en savoir plus…

voir plus, cliquez-ci